trois

A l’intérieur de ce moi qui me dépasse
Il y a toi qui me fait
Et il y a lui qui me dit

De vous je suis née
De moi vous êtes venus au monde
Lorsque nos voix se mêlaient
Infinis que nous étions,
Nous le savions

Déjà

Et si cela nous déborde
Quand nos corps se marchandent
Lorsque nos âmes fusionnent
Assortis que nous sommes,
Nous le savons

Encore

Alors quand le temps sera venu
Lorsque le monde se dénudera
Dans l’inévitable de cet accouplement
Eclos et aboutis que ne serons,
Nous le saurons

Enfin

Trois

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s