expression érotique d’antan

AMANT DE CŒUR.  Greluchon, maquereau, homme qui, s’il ne se fait pas entretenir par une femme galante, consent cependant à la baiser quand il sait parfaitement qu’elle est baisée par d’autres que lui : c’est, pour ainsi dire, un domestique qui monte le cheval de son maître. Il y a cette différence entre l’amant simple et l’amant dit de coeur que le premier est un fouteur qui souvent se ruine pour sa maîtresse, et que le second est un fouteur pour lequel sa maîtresse se ruine quelquefois – quand il la fout bien. Aussi devrait-on appeler ce dernier l’amant de cul, le coeur n’ayant absolument rien voir là-dedans.


 

ABATTEUR DE BOIS. Fouteur, — son outil étant considéré comme une cognée, et la nature de la femme, à cause de son poil, comme une forêt.

Il n’étoit pas grand abatteur de bois, aussi étoit-il toujours cocu.

TALLEMANT DES RÉAUX.
Les beaux abatteurs de bois sont, comme les rois et les poètes, des rares aves.

Baron WODEL.
Ce Jacques était un grand abatteur de bois remuant.

(Moyen de parvenir )
Il lui présenta cent mille choses que ces abatteurs de femmes savent tout courant et par cœur.

(Les Cent Nouvelles nouvelles.)
Je me connais en gens ;
Vous êtes, je le vois, grand abatteur de quilles.

REGNIER.

 


ACADÉMIE D’AMOUR.
Lieu où on va pour jouer au jeu de Vénus — et de Mercure : en bon français, Bordel. — Le mot se trouve dans le Francion de Ch. Sorel et dans les Aventures burlesques de Dassoucy.

Allons-nous à l’Académie, se soir ? — Non, je ne suis pas en queue.

J. LE VALLOIS.

BANDE-A-L’AISE. Homme qui n’est que médiocrement porté par son tempérament vers les choses de la fouterie, et qui bande plus volontiers avec son cerveau qu’avec son membre — comme la plupart des écrivains.

Qu’on me baise,
Mon con, Nicaise,
Se présente à toi… ;
Viens, bande-à-l’aise,
Vite, mets-le-moi.

PIRON.
Monsieur dit des bons mots souvent,
Mais monsieur bande rarement ;
Monsieur a de l’esprit : j’en suis
Bien aise, bien aise,
Mais comme la peste, je fuis
Un bande-à-l’aise !

COLLÉ.

 

8 réflexions sur “expression érotique d’antan

  1. Bon jour,
    Et pourtant à cette assertion : « Aussi devrait-on appeler ce dernier l’amant de cul, le coeur n’ayant absolument rien voir là-dedans. » Le père Flaubert nous dit : « Quand une femme vous parle de son cœur, c’est de son cul dont il est question ».
    En tout cas un article qui ne laisse de … marbre 🙂
    Max-Louis

    Aimé par 2 personnes

  2. La marge qui sépare le cul de l’amour est tellement mince qu’au moindre dérapage les deux se mêlent. L’amour est fécond et le cul stérile. Une histoire de con (sexe).
    Le premier jour de la nouvelle année s’annonce fécond.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s