sinuée

D’elle, il dit qu’elle est serpent

Que son corps ondule
Aux rythmes de ses désirs

Que sa voix siffle
Aux charmes de ses cordes

Que ses yeux envoûtent
Aux audaces de son abandon

Que sa langue captive
Aux proses de sa vérité

Il la contemple
Il la redoute
Il l’insinue

Que ses soupirs l’abstiennent
De goûter à son poison
De délivrance

ar

 

« Je ne connaitrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon oeil intérieur sur mon chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. »
Frank Herbert
La litanie contre la peur

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s