égale

Que tes peurs ne reflètent que ton histoire
Déjà mes attentes sont déclinées en désirs
Que tes errances ne réfléchissent que tes hésitations
Et si mes ardeurs de tournent parfois vers toi
Qu’elles ne parle que de moi

Que mes envies ne soient pas des sommations
Déjà tu as brandi le drapeau de la conciliation
Que mes besoins ne dépeignent que mon propre manque
Et si tes gestes l’apaisent parfois
Qu’ils ne parlent que de toi

A travers la forêt hantée de nos espoirs
Que nous ne nous rencontrions que par hasards
Sur la carte vierge de nos errances
Qu’aucune route ne se grave
Pas à pas sur les dessins de nos aspirations
Que l’élan qui nous attire se libère

D’utopies en intentions
Que nos destins encore se découvrent
Alors penchés sur ces incontournable coïncidences
Portés par le flot ondulant de l’abondance
Je peindrai les couleurs des illusions
Et toi, tu les ferais devenir substance

ar // 11.17

« On rencontre peu d’ex-aequo contents de l’être »
De Ylipe // Sexes sans paroles

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s