dévorée

A nos vices enjoués
A nos obsessions acharnées
A nos chaires incendiées
A nos cœurs disséqués
A nos romances étranglées

A l’absence
A l’essence
A l’évidence

ar

 

« obsession pour obsession, l’érotique vaut mieux que l’idéologique, elle est autrement sérieuse »
L’agression (1977) // Konrad Zacharias Lorenz

 

3 réflexions sur “dévorée

  1. Vous écrivez, donc,

    Ce qui semble là, automatique,

    en jets,

    on y perçois une forme/sorte de bégaiement,

    Comme un moteur/coeur qui aurait des ratées,

    Avec la seule assurance du Chemin….

    Là, encore, à essayer d’ex-plorer,

    A l’aune de probables vécus et autres expériences…..

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s