fusionnée

Il est tard. Allons dormir. Il était tard aussi, pourtant tu n’avais pas envie de dormir.

Dénudés, rassurés par cette proximité nouvelle, nous nous glissions, complices et pressés dans les draps encore imprégnés de nos odeurs mêlées.

A peine nos corps effleurés que déjà ils se tendaient, s’étalaient, spontanément animés par cet insondable désir de posséder et d’offrir.

Enflammés par l’aveu de nos désirs consentants, nous nous laissions emporter par les danses brûlantes que nos corps improvisaient sans peine.
A chaque fois redécouvertes. Sans cesse renouvelées.

Soumis à cette aspiration cachée de faire « soi » l’insaisissable inconnu,
il fallait que nos corps se combattent, qu’ils s’acharnent à dévoiler le mystère euphorisant que nos gestes déjà, peu à peu concédaient.
Inconscients des forces qui nous guidaient alors, nous nous abandonnions à nos contradictions sans remords et sans pudeur.
Exhibé.
Ouverte.

Epuisés et avoués vaincus, venait alors l’instant où nous nous rendions au plaisir souverain qui, après nous avoir enchaînés l’un à l’autre allait bientôt nous transpercer , tel un éclat de verre, un éblouissement de trop de clarté, pour nous relâcher et nous affranchir l’un de l’autre.

Séparés, adoucis, soulagés et triomphants, nous nous endormions. Finalement.

Aujourd’hui nous nous aimons encore, mais plus de cette façon là.
Et ce soir, je le regrette. Et parfois, je te le reproche.

Cette intense fusion émotionnelle et physique que nous prenons pour de l’amour, n’est-il possible qu’avec quelqu’un que nous ne connaissons pas encore ?

 

« Le désir a besoin de mystère, il s’épanouit dans le mystérieux, le nouveau, l’inattendu. L’amour parle de posséder, le désir de vouloir. »

Esther Perel – l’intelligence érotique

7 réflexions sur “fusionnée

  1. « Et ce soir, je le regrette. Et parfois, je te le reproche. »
    Et qu’en est-il de l’autre ? De son regard ? Des regrets aussi ? Des reproches à faire aussi ?
    C’est un beau texte, qui interroge sur la longévité du désir dans le couple. Vaste débat… 🙂

    J'aime

    1. En effet, le « je » était un parti pris ; je l’utilise volontiers pour son effet miroir magique 😉
      L’entretien du désir dans le couple, les limites de sa compatibilité avec l’amour est en effet un thème sur lequel il ferait bien de se pencher un peu plus longuement.
      Merci pour votre commentaire éclairé et à bientôt.

      Aimé par 1 personne

  2. CETTE INTENSE FUSION ÉMOTIONNELLE ET PHYSIQUE QUE NOUS PRENONS POUR DE L’AMOUR, N’EST-IL POSSIBLE QU’AVEC QUELQU’UN QUE NOUS NE CONNAISSONS PAS ENCORE ?….Je pense que par essence aimer stipule que l’être aimé nous réserve une bonne part d’inconnu.Donc oui. Maintenant s’il s’agit de quelqu’un qu’on ne connait pas du tout, cela reste aussi possible,.. si on est aventurier de nature.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s